Loading...

LA GAUCHE N'AIME PAS LES GENS

Juin 20 '21 | Articles de Old Nick

Généreuse et humaniste par nature, la gauche se doit d'aimer les gens, tous les gens, et l'Autre en général. Pourtant, il y a une catégorie de gens que les distingués camarades gauchistes n'arrivent vraiment pas à encadrer, et toujours pas à comprendre: ces cons de prolos qui votent FN, alors qu'ils devraient voter Ségolène, Arlette ou le facteur, comme tous les gens bien...

La gauche, c’est connu, est toujours prompte à se porter au secours des faibles et des opprimés. C’est ce qui guide son combat, c’est sa marque de fabrique en même temps que son fonds de commerce électoral. La gauche ne serait pas la gauche si elle ne défendait pas ostensiblement les «petites gens», les humbles, les faibles, les exploités face aux méchants de tous poils – et dieu sait s’il y a beaucoup de méchants qui prolifèrent dans la jungle capitaliste dans laquelle nous vivons.

La gauche, depuis la Révolution, c’est la noblesse du cœur. Ce n’est pas donné à tout le monde d’être de gauche : il faut avoir des qualités humaines que l’on ne trouve pas chez le commun des mortels. Il faut être humaniste, faire preuve d’un désintéressement et d’une philanthropie quasi génétiques, placer l’intérêt collectif loin devant les intérêts particuliers, soustraire aux riches pour distribuer aux pauvres, libérer les opprimés, réinsérer les exclus, considérer les minorités, traquer les injustices où qu’elles soient.

Etre de gauche, c’est aussi chercher à élever l’Homme, à l’éduquer, pour qu’il ne se contente pas de maigres acquis intellectuels : idéalement, il faut que le citoyen lambda soit capable de lire Libération plutôt que le Parisien, Télérama plutôt que Télé Star, les Inrockuptibles plutôt que Voici ; il convient qu’il regarde et apprécie les docus d’Arte plutôt que Confessions Intimes; et surtout grands dieux, qu’il vote Ségolène Royal (ou à la rigueur Arlette ou le facteur) plutôt que Le Pen.

Or, et c’est là une bonne partie du problème de la gauche, la réalité est loin d’être aussi rose. Car, dès lors qu’il s’agit de tenter d’éduquer les masses laborieuses en général, et le prolétariat en particulier, des résistances surgissent et les meilleures volontés déchantent, se heurtant au pénible principe de réalité: souvent, bien trop souvent au goût des gens de goût que sont les gens de gauche, le pauvre, l’opprimé, l’exclu, bref, le prolo, a un horrible mauvais goût. Mais alors vraiment horrible.

L'horrible mauvais goût du prolo

Rendez-vous compte de comment ça se passe dans la réalité. Non seulement ce con de prolo lit peu la presse (à la rigueur il parcourt un torchon en ligne comme L’Organe, dont la lecture ne risque pas de lui faire péter un neurone), mais en plus il se laisse abrutir par les programmes télé les plus futiles et les plus nâvrants intellectuellement parlant. S’il regarde Arte une fois dans l’année, c’est pour mater un documentaire sur le naturisme plutôt que pour tenter de parfaire sa connaissance de l’œuvre de Freud; indécrottable esclave docile et consentant de la société de consommation, il préfère aller traîner ses tongs le dimanche dans une galerie marchande plutôt que de s’élever l’âme en assistant à une pièce de Samuel Becket montée par Strehler; et ne parlons pas de Christine Angot ou de Nina Bouraoui, dont il ne sait même pas qu’elles ont été inventées et qu’elles écrivent des livres qu’on peut acheter. Eh oui, c’est malheureux mais c’est ainsi: le prolo est généralement une grosse tâche qui ne connaît rien des plaisirs subtils qui font tout le sel de la vie de homme et de la femme de goût que sont les électeurs de gauche.

Et surtout, comble du comble et pire du pire, très souvent, bien plus souvent que les gens de gauche ne le souhaiteraient dans leurs cauchemars les plus sordides, il arrive que ce pauvre abruti de citoyen bas de gamme pousse l’inconséquence jusqu’à voter Le Pen. A 18% au second tour d’une présidentielle, en plus. On croit rêver. Insensé, le pompon absolu.

Le paradoxe du gauchiste

Grandeur et misère du gauchiste. Tout le paradoxe de cette bonne vieille gauche française, si bcbg et si douillettement installée dans ses convictions de détenir le monopole du bon goût et du bien penser, semble s’incarner dans son incapacité à comprendre comment fonctionnent ces ploucs qu’elle est censée représenter et défendre, et qui n’ont même pas la reconnaissance du ventre puisqu’ils sont capables de mettre un bulletin extrême-droite dans l’urne ! Et cela, alors même que les camarades socialistes, communistes et syndiqués réunis passent leur vie à se décarcasser pour eux et qu’on n’arrête pas de leur dire que ce n’est pas bien de voter pour un borgne haineux ! Merde alors.

Pour les camarades, ces électeurs-là ne sont pas comme les autres. Comme dirait l’ex socialiste Frêche, ce sont de sous électeurs. Des fachos, des bas du Front, des gros cons indignes de respect. Ce prolétariat là, la gauche a du mal à l’admettre mais elle ne l’aime pas. Peu importent les souffrances et les révoltes exprimées de cette façon dans les urnes, la gauche considère qu’elles ne sont ni légitimes ni convenables. Sur la sécurité, l’immigration, l’Europe, les électeurs lepénistes ont tout faux : poujadisme, beurk !

Le gauchiste aime l'Autre... mais pas tous les autres

Pourtant, rappelons aux camarades que tolérance et respect de l’altérité sont d’autres des caractéristiques emblématiques de la gauche. Y manquer c’est ne plus être tout à fait de gauche. L’Etranger, par exemple, d’où qu’il vienne et quels que soient les motifs de sa venue sur le territoire, est toujours a priori bienvenu et considéré avec respect, bienveillance et compassion par nos bons et généreux humanistes. Peu importe si, dans son pays, celui qui vient de débarquer sur notre sol est en réalité un abruti, une crapule, un fasciste. Pour le gauchiste, l’Etranger est d’abord et avant tout cet Autre par définition admirable et respectable, au contact duquel l’on s’enrichit forcément.

L’autre Autre que constitue l’électeur lepéniste subit, lui, un traitement différent. Moins lointain géographiquement puisqu’il ne vient parfois que du palier d’en face, il pue carrément de la gueule et on le lui fait bien comprendre. Cet Autre-là, c’est un con qui vaut qu’on lui témoigne son mépris, et que l'on organise de grandes manifestations pour le lui signifier clairement. Le gauchiste a le concept d’altérité à géométrie variable.

La droite n’aime sans doute pas davantage les gens, mais on lui en veut moins. Par nature, la droite n’a jamais donné des leçons d’humanisme ni prétendu défendre les opprimés contre les exploiteurs. La droite admet le système capitaliste et ses injustices, la droite est pragmatique, bassement mercantile et réaliste : elle sait qu’il y a bien des misères en ce monde, qu’elle ne les résoudra pas toutes, et son objectif est plus modestement de s’efforcer de tirer avantage et profit du bordel ambiant, avec plus ou moins de cynisme et sans prétendre vouloir changer le monde et l’Homme.

Pauvres de gauche et pauvres cons

En fait, soyons honnêtes, les gauchistes aiment bien certains gens. Surtout parmi les pauvres, puisqu’il s’agit du cœur de cible de leur électorat à défaut d’en être la majorité. D’ailleurs François Hollande, homme de peu lui-même, l’a déclaré avec une sincérité dont personne, pas même le gérant de la SCI la Sapinière ne peut douter : il n’aime pas les riches.

Alors, comme leurs amis écolos, les gauchistes font le tri sélectif: ils aiment les pauvres, certes, mais les pauvres de gauche de préférence. Ceux qui ont le bon goût d’être pauvres et de croire, en dépit du bon sens et des expériences passées, que seule la gauche au pouvoir les sortira de leurs ennuis. Ceux qui préfèrent qu’on leur chante des berceuses en leur faisant miroiter l’espoir d’un monde meilleur, dans lequel l’argent ne sera plus roi et où nous serons tous frères et sœurs dans une grande farandole multicolore. Et tant pis si ces sérénades ne sont que chansons pour enfants qui ne débouchent en général que sur des désillusions, voire des catastrophes. L’important est d’y croire, et surtout de donner l’impression d’y croire. Car le projet est généreux et bon, et il est agréable de rêver à des choses généreuses et bonnes. Surtout en période électorale où ça ne coûte rien à personne de promettre n’importe quoi.

Quant aux pauvres de droite, pour les gauchistes, ils demeurent d’abord et avant tout de pauvres cons, puisqu’ils n’ont pas cette élémentaire lueur d’intelligence leur permettant de réaliser que seule la gauche, de par sa nature solidaire et partageuse du bien d’autrui, peut les aider à les sortir vraiment et pour de bon de leur médiocrité matérielle et spirituelle.

Dans ces conditions, on peut comprendre que, conscients du mépris que s’évertuent à leur témoigner depuis si longtemps ces gens supposés les comprendre et les défendre, ces pauvres cons de gens de peu le leur renvoient bien à leur manière, leur mépris. Par exemple en votant Le Pen, massivement et comme un coup de poing vengeur dans la gueule. Encore et à nouveau à chaque élection, plus fort à chaque fois depuis des années. Jusqu’à ce qu’un jour, peut-être, le message soit si fort et si clair que la gauche finisse par le percevoir.

Ils ont le droit de rêver aussi, ces pauvres cons de pauvres qui votent à l'extrême-droite, non ?

Jeudi 1 Février 2007
Jean Kühl
Lu 24210 fois

Article original et commentaires sur : https://web.archive.org/web/20080418004615/https://www.lorgane.com/index.php?action=article&numero=560&PHPSESSID=4020669530d4cd871dd01f5906a979d7

Tags
gauchistes

Commentaires

frocter
Avr. 9
T'as laissé les articles de David pour qu'on se rappelle à quel point il est nul ?
Confondre les gauchistes avec les libéraux-démocrates du PS... putain... et ça se dit journaliste...
Tout ça c'est propagande Soral, le FN sé la vrai gauche en fait parce que votez Le Pen sé illégal donc c'est punk comme Marx et blablabla
David on préférait quand t'écrivais des canulars pour Karl Zero et Groland.
T'as laissé les articles de David pour qu'on se rappelle à quel point il est nul ?
Confondre les gauchistes avec les libéraux-démocrates du PS... putain... et ça se dit journaliste...
To...Lire la suite
frocter
Avr. 9
Ceci dit j'aimerais bien que Marine gagne, enfin, histoire que les français comprennent qu'elle n'est pas plus compétente que Ruffin pour apprendre aux gogols du nord à bêcher leurs champs au lieu de violer les enfants.
frocter
Avr. 10
David a définitivement tué ce blog. A force d'écrire NOUS LORGANE ON EST DES MECHANTS NAZIS ET TOUS CEUX QUI VEULENT PAS VOTER LE PEN ON LES BUTE, ben voilà le public a fini par y croire, et il est allé lire autre chose.
frocter
Avr. 10
Enfin bon David aura été un mal nécessaire, avoir attiré la fachosphère ici nous aura montré à quoi ressemblent les militants d'extrême-droite, sur le plan intellectuel. Des demeurés.
TotoPeps
Avr. 10
Faudrait que tu votes avec des images, Frocter. Dans l'urinoir, tu appuies sur le bouton en forme de guillotine pour MLP, en forme de nez pour Zemmour, en forme de seringue pour Mélanchon, en forme de préservatif pour Macron, etc. Comme ça tu choisiras ton candidat avec un peu de pertinence.Faudrait que tu votes avec des images, Frocter. Dans l'urinoir, tu appuies sur le bouton en forme de guillotine pour MLP, en forme de nez pour Zemmour, en forme de seringue pour Mélanchon, en forme de...Lire la suite
frocter
Avr. 11
Bob si les articles t'intéressent pas, casse-toi.
TotoPeps
Avr. 11
Tu as vu des articles ici ?
Vous devez vous connecter pour commenter

Articles relatifs

HI

HI

HI